Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin

Publié le 25 août

Les effets destructeurs de la grève

cesare battisti

Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous.

La dignité d’affronter ses propres responsabilités en restant soi-même.

Mon choix est un choix radical, si on peut parler de choix, quand il reste le seul moyen décent de défendre son amour propre, les valeurs humaines et de justice que jusqu’ici vous avez partagées avec moi, la sauvegarde de la mémoire historique et de la mémoire affective.

Le 2 juin 2021, j’ai commencé une grève de la faim en sachant que je ne reviendrais pas en arrière, donc en étant conscient de vous infliger une grande douleur. Mais en ayant la certitude que, le temps relâchant la morsure de la douleur, vous conviendrez avec moi que c’était l’acte le plus digne que je puisse faire pour éviter de mourir à genoux, après avoir été pressé et utilisé, à toutes ses fins ignobles, par le pouvoir.

Ce serait ainsi trahir les valeurs d’un passé auxquelles j’ai crues, jusqu’à la dérive armée. Je ne me suis jamais senti un criminel alors, ni ne me sens de l’être aujourd’hui, même si j’ai conscience de m’être trompé. Je suivais, comme tant d’autres, des valeurs fondamentales du droit pour la personne, je ne peux me permettre de les trahir sur la ligne d’arrivée.

Voilà pourquoi je vous demande une dernière fois de m’aider à être moi-même et de me pardonner pour la douleur que je vous inflige.

Je veux qu’il soit clair pour vous que ma lutte est une lutte de protestation, de revendication de droits inaliénables.

Il n’y a pas de place dans ma décision pour des dérives d’ordre psychologique. J’ai des demandes objectivement précises, clairement formulés aux autorités compétentes. Il n’y aura donc aucune espèce d’arrondissement des angles, d’actes irréfléchis, ni de prétextes psychiatriques. Si nécessaire, je continuerai la grève de la faim jusqu’au dernier souffle.

Je ne suis pas un imbécile, je suis en train de lutter pour la vie. Vous êtes des personnes merveilleuses, défendez toujours la liberté et le respect.

Je vivrai pour toujours avec vous.

Rossano, le 9 juin 2021
Cesare Battisti

Commentaires

  • 29 novembre, 08:33, par Jicé60

    Forza Cesare, siamo tutti uniti con tua lotta !
    Amicizie, Claudio.


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Consternation.

Il n’y a qu’à Marseille qu’on peut voir ça. Avant même que le match ne commence, l’O.M. Mène par 1 but à zéro face au sporting club E.Z. Mais il serait regrettable de prendre cela comme une défaite (...)

LIRE LA SUITE

Des bus pour rejoindre la manif pour les pensions, la santé et les Services publics à Paris le 2 décembre

Plusieurs transports en car sont organisés depuis la Bourgogne pour rejoindre la manifestation parisienne du 2 décembre pour l’augmentation des pensions de retraites, la protection sociale et les (...)

LIRE LA SUITE

Paris : deux manifestations antifascistes en deux semaines

A Paris, deux manifestations antifascistes auront lieu le 27 novembre et le 5 décembre. Alors que que l’extrême droite se voit offrir une tribune, notamment dans les médias télévisuels d’info en (...)

LIRE LA SUITE

Soirée-débat : l’antisémitisme, parlons-en

L’UJFP vous invite à une SOIRÉE-DÉBAT : L’antisémitisme, parlons-en Le lundi 13 décembre à 19h30 Au CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris

LIRE LA SUITE

V’la l’Covid

Ce n’est pas parce que tout le monde a les mêmes discours que c’est la vérité aurait pu dire Galilée. Je ne suis pas médecin ni pharmacien mais je m’interroge comme tout le monde. Depuis 2019, (...)

LIRE LA SUITE

La police angevine déteste les garden-partys

RETOUR SUR LA GARDEN-PARTY DE CE SAMEDI A ANGERS. Bon c’est vrai, en arrivant au rendez-vous des bons copains Gilets jaunes devant le kiosque du Mail, nous avons eu droit immédiatement au (...)

LIRE LA SUITE