Fricotages, magouilles et tripatouillages sur AgoraVox

AgoraVox était un site de journalisme citoyen. L’idée était belle, généreuse… Elle allait révolutionner le système d’information des Français. Finie la mainmise de quelques capitalistes sur des grandes revues ou des journaux à grand tirages. Terminé par la même occasion le formatage de l’opinion publique. Tout le monde pouvait devenir journaliste. Chacun pouvait aller puiser des informations dans le monde entier. Chacun pouvait faire ses propres analyses et les exposer aux autres. Personne n’était tenu par une ligne éditoriale. Tous les sujets pouvaient être abordés.

Il ne restait plus qu’à tester le concept. Et, ce fut le succès, le grand succès, l’enthousiasme… Des auteurs inconnus pouvaient écrire des articles lus par 30 000 lecteurs. Mais cela ne dura qu’un temps.

Je viens d’écrire sur AgoraVox un article intitulé « Lénine contre Poutine ». Il est classé comme étant le deuxième plus lu sur les trois derniers jours. Or, il n’a enregistré que 1 350 vues. Quelques années auparavant les articles les plus lus avaient 30 000 vues. Pourquoi cette désaffection qui semble sonner le glas de la plus belle expérience de journalisme citoyen ? Ce site est maintenant considéré comme un site complotiste ou alternatif. Ceux qui sont favorables à cette évolution disent qu’il est alternatif et ceux qui sont défavorables disent qu’il est complotiste. De fait certains commentateurs, dans les discussions qui suivent les publications des articles n’hésitent pas à expliquer qu’ils sont sur un site alternatif et qu’en conséquence ceux qui ne sont pas d’accord avec eux sont priés d’aller voir ailleurs.

En effet, il est clair au vu des derniers évènements importants qu’une majorité se dessine sur AgoraVox en faveur des dictateurs El Assad et Poutine. Minoritaires ailleurs, ils sont majoritaires ici et ils déversent actuellement à satiété toute la propagande de Poutine. Certains ne sont en rien des journalistes amateurs. Cela a été dénoncé mille fois. Deux pseudos sont connus pour cela : « Patrice Bravo » et « Le Cri des Peuples ». Ils proposent chaque semaine des dizaines d’articles qu’ils n’ont pas écrits et même probablement pas lus et ils sont régulièrement publiés. Au moment où j’écris ces lignes, trois articles de Patrice Bravo sont encore en ligne sur AgoraVox. Evidemment ces déverseurs de propagande sont des défenseurs des deux dictateurs Poutine et El Assad.

Un indice permet de voir que les défenseurs inconditionnels des dictateurs sont deux à trois fois plus nombreux sur AgoraVox que ceux qui ont un regard critique. Les lecteurs en cliquant sur des étoiles peuvent mettre une note allant de 1 à 5 pour chaque article. La moyenne est calculée automatiquement. Chacun peut constater qu’actuellement tous les articles qui critiquent Poutine ont une note inférieure à 2 et tous les articles qui sont favorables au dictateur ont une note supérieure à 4.
La sélection des articles est en principe faite par les modérateurs. Un rédacteur devient modérateur quand il a publié au moins quatre articles. Evidemment les pro-Poutines sont ainsi en situation de force contre les anti-Poutines. Le phénomène ne peut aller qu’en s’aggravant.

Les pro-Poutines sur AgoraVox ont les options politiques que j’ai énumérées dans mon article : « La coalition d’extrême-droite ». Nous retrouvons les mêmes composantes c’est-à-dire les défenseurs de Zemmour, Le Pen, Asselineau et les néo-staliniens. Ces derniers sont des défenseurs de Staline qui, comme Poutine lui-même, défendent le capitalisme et même l’impérialisme russe.

C’est d’ailleurs sur AgoraVox que j’ai été amené à observer pour la première fois cette coalition. Ceux qui fréquentent un peu le site ont tôt fait de repérer les couleurs politiques de quelques intervenants qui se manifestent dans les discussions. Ils observent assez vite que cette coalition, avec toujours les mêmes composantes, chasse en meute dès qu’un intervenant critique leur idole. Leurs sarcasmes et leurs gausseries s’accumulent rapidement. Mais, j’ai en plus observé que tout un groupe, où les diverses composantes sont encore une fois représentées, se retrouvent le soir sur le forum d’AgoraVox dans des moments d’extrême intimité où ils copinent tous en parfaite entente. Il leur arrive de se donner rendez-vous sur un serveur pour tchatcher. Ils ont ainsi une garantie de confidentialité mais, pour notre grand bonheur, ils sont suffisamment crétins pour laisser sur Agoravox les traces de leurs fricotages, magouilles et autres tripatouillages.

Le jour où j’ai voulu dénoncer cela dans un commentaire sur AgoraVox, j’ai constaté un bien étrange phénomène. Mon commentaire disparaissait. J’ai dû m’y reprendre en cinq ou six fois et c’est seulement après que nous ayons été plusieurs à manifester notre étonnement face à ce phénomène que mon commentaire a enfin pu rester en place. Je ne vois qu’une explication possible : un technicien ou un dirigeant d’AgoraVox refusait que ce commentaire reste sur le site. Etonnant ! Non ! Encore plus étonnant, j’ai vu apparaître immédiatement un commentaire énigmatique d’un intervenant qui ne se manifestait jamais auparavant. Il disait notamment :
« Mais je ne vois pas en quoi ça vous dérange, ces rendez-vous du soir entre X et Y. Ils sont jeunes, eux ! Ce qui me dérange et m’intéresse à la fois, c’est d’imaginer qui est venu aux réunions internet auxquelles vous-même invitiez certains intervenants. Car j’imagine que c’est de ces réunions que vous revenez avec cette attitude radicale »

Je précise que je n’ai jamais fait de réunions internet à ce moment et que je n’ai jamais invité « certains intervenants ». Mais, ce commentaire, apparaissait comme voulant donner un semblant de justification à la magouille dont j’étais victime de la part de techniciens ou de dirigeants d’AgoraVox qui voulaient me censurer. Par ailleurs, mon désir constant de dire la vérité n’a rien d’une « attitude radicale ». C’est ce que je continue à faire.

Etrange ! Etrange ! Au moment où les poutinolâtres interviennent majoritairement et où j’observe comment toutes leurs tendances magouillent ensemble c’est du côté de la direction d’AgoraVox qu’il m’est interdit de dénoncer le phénomène.
Observons maintenant de plus près comment sont sélectionnés les articles. J’ai essayé de publier sur AgoraVox mon article « la coalition de l’extrême-droite » avant de le publier sur mon blog de Médiapart. Il n’a jamais été accepté. Il n’y a qu’un moyen de savoir où en est le décompte des « j’approuve » et des « je refuse » donnés par les modérateurs. C’est seulement après avoir donné son avis qu’un modérateur est informé de ce décompte. Un ami modérateur m’a fait savoir qu’il avait observé le décompte suivant : +15-11=+4. Il faut savoir qu’en général avec +4 un article est accepté et qu’il est très exceptionnel d’attendre que 26 modérateurs se soient exprimés. Il est exceptionnel aussi qu’un article soit approuvé par 15 modérateurs. Assurément mon article aurait dû être accepté si les règles officielles étaient effectivement appliquées. Je suis au regret d’annoncer qu’il y a eu là aussi une magouille de la direction d’AgoraVox pour refuser cet article. J’ai envoyé le mail suivant à la direction d’AgoraVox :
« Vous avez laissé passer ce matin des articles que je n’ai pas vu en modération alors que je surveille régulièrement l’évolution. Vous avez fait très vite ! Mon article "la coalition de l’extrême-droite" est proposé depuis 6 jours et a été approuvé au moins par 15 modérateurs. Que faut-il que je fasse pour que vous l’acceptiez ? La bonne question serait plutôt : pourquoi le refusez-vous quoi qu’il arrive ? Vous mentez manifestement à propos de la procédure de sélection des articles. Pourquoi cet article qui dit la vérité vous déplait-il ? »

Je n’ai jamais eu de réponse.
Cette technique qui consiste à passer en toute hâte des articles qui ont à peine eu le temps d’être vus par des modérateurs afin de refuser les articles plus anciens qui sont surnotés est une manifeste tricherie.
Alors, c’est clair : l’orientation complotiste-alternative d’AgoraVox est voulue par sa direction. La censure s’abat sur tous ceux qui contestent la propagande de Poutine largement déversée par l’extrême-droite avec toutes ses composantes. Ainsi, les lecteurs d’AgoraVox ne seront pas informés que :
« Le service fédéral de renseignement allemand (BND) a préparé un rapport confidentiel sur l’implication de groupes d’extrême droite et néonazis dans la guerre en Ukraine du côté de la Russie. Der Spiegel a rapporté le contenu du document envoyé aux agences allemandes »
Oui ! La Russie fait intervenir des néonazis en Ukraine et l’article de « Le crapaud qui chante » intitulé « Des néo-nazis russes combattent en Ukraine » explique cela, documents à l’appui. Mais il est censuré.

Les lecteurs d’AgoraVox ne sauront pas davantage comment l’Etat russe a soutenu les néonazis en Russie au fil des dernières années. Le deuxième article censuré de « Le Crapaud qui chante » simplement intitulé « Les néo-nazis de Poutine » conclut :
« La militarisation des néo-nazis par Poutine a toujours été une stratégie risquée, mais elle n’était pas irrationnelle. Contrairement aux nationalistes traditionnels, qui ont tendance à soutenir l’idée d’élections libres, les néonazis rejettent les institutions démocratiques et l’idée même d’égalité humaine. Pour un dictateur démantelant la démocratie et construisant un régime autoritaire, ils étaient des complices idéaux. »
Les lecteurs d’AgoraVox ne pourront pas lire cela. Ils ont lu par contre des centaines d’articles mensongers expliquant, répétant et rabâchant que des néonazis dominaient toute l’armée ukrainienne, toutes les institutions ukrainiennes... Ils ont bu et avalé à satiété toute la propagande de Poutine mille fois répétée dans les articles d’AgoraVox.

Si les lecteurs d’AgoraVox veulent des informations sur le déroulement de la guerre, ils liront les articles des poutinolâtres mais ils n’auront pas accès à ceux de Venceslas qui explique comment la guerre est vécue par les ukrainiens en rapportant simplement les faits trouvés dans des journaux locaux.
La direction d’AgoraVox a décidé que le mensonge devait continuer à dominer les informations du site.
C’est voulu ! AgoraVox est un site complotiste-alternatif et ceux qui veulent revenir au passé glorieux d’AgoraVox sont bloqués dans leur démarche. Ils sont victimes de la censure organisée conjointement par les poutinolâtres et la direction d’AgoraVox.
C’est donc sciemment que la direction d’AgoraVox sabote ce site. Cette direction a fait le choix d’accepter une perte massive d’audience pour défendre une orientation politique : celle que j’ai dénoncée dans mon article : « La coalition de l’extrême-droite ». Nombreux sont ceux qui ont constaté cette dérive d’AgoraVox notamment dans l’article intitulé : « AgoraVox : vie et mort d’un site de journalisme citoyen à la française ». Cependant, personne n’avait expliqué les causes de cette dérive. Pourquoi cette direction a-t-elle fait ce choix ? Je ne peux répondre à cette question. Il me manque des données. Il faudrait sans doute voir la comptabilité de la fondation AgoraVox et savoir qui sont les généreux donateurs. Une autre question doit donc être posée : Est-il maintenant justifié que la fondation AgoraVox soit reconnue d’utilité publique ?

Commentaires

  • 10 juin, 00:34, par Venceslas

    Réponse à l’article de Jean Dugenêt.

    Je confirme rigoureusement l’article ci-dessus. J’ai fait les frais de la censure d’Agoravox, alors que je ne faisais que publier des articles factuels, tiré d’un journal ukrainien du Donbass, parfaitement indépendant politiquement et économiquement. Le premier article est passé, les quatre autres ont été censurés. Il est vrai que je m’étais un peu énervé au vu des réflexions que m’avaient envoyé certains modérateurs dont le parti-pris pro-Poutine était visible, et des articles de propagande qui passaient, toujours ou presque dans le même sens.
    Pour preuve, je vous fais voir les articles censurés :

    Le 1er : UNE ECOLE, LA PATINOIRE ET UN JARDIN D’ENFANTS DÉTRUITS A CAUSE DU BOMBARDEMENT DE DRUJKOVKA[1]

    Ce matin, les Russes ont bombardé Drujkovka, et c’est l’école №6 qui a subi le plus de dégâts, a communiqué le gouverneur de la région de Donetsk, Pavel Kirilenko.

    Heureusement, il n’y a pas eu de blessés.

    Cette école est l’une des plus grandes et des plus modernes : 650 élèves la fréquentaient avant l’invasion.

    Trois ans auparavant, on avait procédé à d’énormes travaux de réfection.

    Maintenant, la salle de sport est totalement détruite, c’est probablement juste là que l’obus a atterri. Une partie des classes est endommagée, plus de la moitié des vitres sont cassées.

    De plus, le jardin d’enfants №6, « La Clochette », la patinoire « Altaïr » et des maisons d’habitation ont été touchés par les bombardements.

    Des sauveteurs ont vite maîtrisé l’incendie à l’endroit de l’impact. Maintenant les services municipaux déblaient l’espace des débris et du verre.

    Auteur : l’Administrateur 16/05/2022

    Tiré de Technopolis, journal politiquement indépendant de la région de Kramatorsk.

    Site : tehnopolis.com.ua

    [1] Drujkovka : transcrit en russe. En ukrainien : Drujkivka, ville aux environs de Kramatorsk, de 60 000 habitants environ. NDT
    Pour la photo que je n’arrive pas à publier, il faut aller directement sur le site : https://tehnopolis.com.ua/index.php?option=com_content&view=article&id=38120:2022-05-16-11-31-00&catid=74:donbass&Itemid=34

    Voici ce que je reçois parmi les commentaires :

    - ’’Cette école est l’une des plus grandes et des plus modernes : 650 élèves la fréquentaient avant l’invasion.’’ Avant quelle invasion ? ET qu’y a-t-il maintenant ? Je refuse cet article qui accuse un camp sans raisons.

    Oui, vous avez bien lu, "Avant quelle invasion ?" Comme si depuis le 24 février 2022, il ne s’était rien passé.
    Vous trouvez que l’article accuse, vous ? Je laisse le "sans raisons" à l’appréciation de chacun. Mais je ne compte plus les articles accusant les Ukrainiens de se bombarder eux-mêmes alors que les troupes de Poutine étaient gentiment venues faire de l’humanitaire.
    Je poste les trois autres articles ultérieurement.
    V.K.

  • 10 juin, 00:46, par Venceslas

    Suite à l’article de Jean Dugenêt et à ma réponse, où je prouvais ses dires concernant la censure pro-poutiniste régnant désormais sur Agoravox, je publie le deuxième article censuré, puisque le premier ne faisait étant que de dégâts matériels, "bien naturels dans toutes les guerres". Je me dis qu’en parlant de morts et d’enfants blessé, la censure allait peut-être se radoucir. Que nenni. Voici donc :
    https://tehnopolis.com.ua/index.php?option=com_content&view=article&id=38129:2022-05-18-10-24-25&catid=74:donbass&Itemid=34

    SUITE AUX BOMBARDEMENTS DANS LA RÉGION DE DONETSK, DES GENS SONT MORTS, TROIS ENFANTS SONT BLESSÉS (PHOTOS) (n’arrivant pas à les télécharger, je vous communique à nouveau l’adresse du site) :

    Le site officiel de la Police Nationale informe que dans la région de Donetsk, la police a fait état de 28 bombardements russes : il y a des morts et des blessés,

    « Les occupants ont bombardé 12 agglomérations. Parmi les blessés, il y avait trois enfants. 52 installations civiles ont subi des dégâts : des immeubles, trois écoles, des industries, une exploitation agricole, des installations d’infrastructures critiques.

    Ces jours derniers, les occupants ont frappé les agglomérations : Marioupol, Bakhmout, Soledar, Avdeïeva, Liman, Toretsk, Konstantinovka, Seversk, Jeleznoe, Bakhmoutskoe, Severnoe, Yablonevka.

    Les troupes russes ont bombardé les populations civiles par voie aérienne et aussi avec l’artillerie lourde, des tanks, et des missiles Tochka-U.

    La ville qui a été le plus touchée est Bakhmout, où un obus ennemi a détruit une usine et démoli un immeuble de quatre étages. Un homme est mort et un enfant de 9 ans a de graves lésions, précise le communiqué.

    Auteur : l’Administrateur, le 18/05/2022

    A nouveau : indifférence de la part de certains (pas tous, heureusement).
    Mais je lis : "C’est les ukronazi qui tire depuis huit ans" (orthographe d’origine).
    Parlez-vous des bombardements des ukronazis.
    Et encore : Donbass insider donne des informations plus fournies.
    Cette fois-ci, je décide de publier un avant-propos pour l’article suivant, surtout que la censure s’abat implacablement sur tous ceux qui ne portent pas Poutine aux nues. La suite, donc, lors que mon prochain article.
    V.K.

  • 10 juin, 00:59, par Venceslas

    Suite à l’article de Jean Dugenêt, preuve de la censure à sens unique sur Agoravox, troisième article censuré (bon, cette fois-ci, il faut dire que...)
    Avant propos :

    J’ai reçu un commentaire me faisant la remarque que le site Donbass Insider donnait des informations « plus fournies » que les articles que je sélectionne. Les articles de Christelle Néant sont de la propagande russe, alors que je me contente d’énonces des faits. Ce ne sont tout simplement pas les mêmes, ce qui explique mon choix. Ce n’est pas non plus le même point de vue. Qui de la pluralité ? L’article me paraît en accord avec la Charte.

    Je me suis inscrit à Agoravox, parce que le principe m’a plu, et notamment celui-ci : « …quiconque peut devenir rédacteur d’AgoraVox indépendamment de ses orientations politiques, économiques, religieuses, culturelles ou sociales ».

    Or, le site Donbass Insider rappelle beaucoup la propagande officielle russe, que je lis régulièrement sur les sites russes. Je retrouve exactement les mêmes termes et les mêmes arguments, mais ici, nous sommes en France. Je me suis aperçu que le site Novaya Gazeta, (celui où travaillait Anna Politkovskaïa), avait été obligé de cesser momentanément ses activités, du moins en Russie. Il était le dernier journal indépendant là-bas. L’information russe, en cette période de chape de plomb, ne peut plus être complètement fiable. C’est donc dans un souci de pluralité de points de vue que j’ai sélectionné des articles tirés de tehnopolis.com.ua, seul site politiquement indépendant du Donbass. Il serait bon que ceux-ci fussent également publiés pour rétablir l’équilibre, Démocratie oblige. De surcroît l’extrême gravité de l’actualité mérite que l’on traite prioritairement ce sujet. Il y a des gens qui souffrent, qui meurent, tous les jours, et il devient lassant de s’entendre toujours demander de changer de sujet par des gens que cela dérange. D’une part, il est impossible de parler de tout à la fois, d’autre part, les crimes des uns n’ont jamais excusé ceux des autres. Quant à moi, j’estime de mon devoir de citoyen démocrate et libre de faire respecter la pluralité d’opinions. En conséquence, je me permets d’insister, et jusqu’à temps de faire entendre cette autre voix.

    Bonne lecture à tous et à toutes.

    ***************************

    Article paru sur le site : tehnopolis.com.ua

    DES VILLAGES PRÈS DE LIMAN[1] SONT BOMBARDÉS 24 HEURES SUR 24 PAR LES TROUPES RUSSES (PHOTOS)
    Pour les photos, voir à l’adresse : https://tehnopolis.com.ua/index.php?option=com_content&view=article&id=38199:2022-05-26-12-27-47&catid=74:donbass&Itemid=34

    Les villages Krivaïa Louka et Ozernoïe » sont continuellement sous les tirs des troupes d’occupation de la Russie. Les gens ici sont obligés de rester dans des abris, sans eau ni nourriture. Les forces de l’ordre les aident à lutter contre la catastrophe humanitaire.

    Les villages sont presque dépeuplés : beaucoup d’habitants sont allés dans des territoires moins exposés. Cependant, dans l’ensemble, des personnes âgées sont restées en dépit du péril, n’ayant pu se résoudre à être évacuées.

    Environ 80 habitants, dont quatre enfants, vivent à Krivaïa Louka.

    Les forces de l’ordre leur ont apporté de l’aide humanitaire : des produits d’hygiène de la Croix Rouge, de la nourriture toute prête du Siège international pour l’assistance aux Ukrainiens, et du pain.

    Sur la rive opposée du fleuve, à Ozernoïe, la situation des habitants est encore plus compliquée. Le site officiel de la Police Nationale précise que les habitants ne peuvent recevoir de l’aide que grâce aux bateaux qui traversent le fleuve.

    Les policiers, qui, avec des volontaires, organisent quotidiennement des départs des endroits les plus dangereux, prenant de grands risques, rappellent que l’évacuation est la seule façon de sauver sa vie et de garder la santé.

    Rappelons que Liman est partiellement sous le contrôle de la République de Russie. Voir le lien :

    Лиман частично находится под контролем РФ.

    Auteur : l’Administrateur, le 26/05/2022

    Site : tehnopolis.com.ua, journal politiquement indépendant du Donbass.

    N.T.D. Pour les gens qui ne lisent pas le russe (et ils sont la majorité), ce traducteur automatique n’est pas trop mal, (pour un traducteur automatique) : https://www.deepl.com/fr/translator

    [1] Liman (anciennement Krasnyï Liman), est une ville de l’Oblast’ de Donetsk.

    P.-S.

    NDT : depuis, l’auteur de ces lignes a subi la perte de la maison de ses parents : la maison qui brûle, les souvenirs d’enfance, les objets ayant appartenu aux défunts chers, les albums de photos souvenirs, il n’en reste plus rien. Une bonne partie du village a disparu.

  • 10 juin, 01:20, par Venceslas

    Suite à l’article de Jean Dugenêt, je finis d’illustrer la censure partiale d’Agoravox en soumettant au lecture le quatrième article refusé. Je précise que j’en ai vu un passer, en revanche, qui niait les viols que les femmes ukrainiennes subissaient de la part de soldats russes...
    Voici donc mon quatrième article :
    Titre : Des civils fuient les bombardements
    DATE DE CRÉATION DE L’ARTICLE : 30 MAI 2022
    Rubrique : Tribune Libre

    Venceslas 2 articles

    Texte
    Avant propos :

    J’ai reçu un commentaire me faisant la remarque que le site Donbass Insider donnait des informations « plus fournies » que les articles que je sélectionne. Les articles de Christelle Néant sont de la propagande russe, alors que je me contente d’énoncer des faits.

    Je me suis inscrit à Agoravox, parce que le principe d’un site de « journalisme citoyen » me convient. Cela implique en particulier que : « …quiconque peut devenir rédacteur d’AgoraVox indépendamment de ses orientations politiques, économiques, religieuses, culturelles ou sociales ».

    Or, le site Donbass Insider rappelle beaucoup la propagande officielle russe, que je lis régulièrement sur les sites russes. Je retrouve exactement les mêmes termes et les mêmes arguments, mais ici, nous sommes en France. Je me suis aperçu que le site Novaya Gazeta, (celui où travaillait Anna Politkovskaïa), avait été obligé de cesser momentanément ses activités, du moins en Russie. Il était le dernier journal indépendant là-bas. L’information russe, en cette période de chape de plomb, ne peut plus être complètement fiable. C’est donc dans un souci de pluralité de points de vue que j’ai sélectionné des articles tirés de tehnopolis.com.ua, seul site politiquement indépendant du Donbass. Il serait bon que ceux-ci fussent également publiés pour rétablir l’équilibre, Démocratie oblige. De surcroît l’extrême gravité de l’actualité mérite que l’on traite prioritairement ce sujet. Il y a des gens qui souffrent, qui meurent, tous les jours, et il devient lassant de s’entendre toujours demander de changer de sujet par des gens que cela dérange. Qu’ils se mettent la tête dans le sable si cela leur convient, mais qu’ils ne nous interdisent pas de regarder la vérité en face ! D’une part, il est impossible de parler de tout à la fois, d’autre part, les crimes des uns n’ont jamais excusé ceux des autres. Quant à moi, j’estime de mon devoir de citoyen démocrate et libre de faire respecter la pluralité d’opinions. En conséquence, je me permets d’insister autant qu’il le faudra pour faire entendre une autre voix.

    Devant le torrent d’injures que je lis de la part d’internautes au mépris de la Charte, et j’en ai pourtant signalé, je ne comprends pas que ceux qui comme moi condamne l’agression russe en Ukraine en ayant des informations objectives à apporter soient censurés. Désormais, je fais passer mes articles dans les commentaires s’ils ne passent pas la modération : « Nous pensons d’une part que tout citoyen doit pouvoir s’exprimer indépendamment de ses orientations politiques, économiques, religieuses, culturelles ou sociales. D’autre part, le site AgoraVox va se développer, et nous souhaitons perfectionner le modèle afin de le reproduire en lançant d’autres sites participatifs. » Est-ce vraiment le cas ?

    « La parole est à ceux qui ont des faits originaux et inédits à relater ou qui veulent mettre en perspective des informations existantes. » Est-ce vraiment le cas ? Je lis surtout des articles qui vont dans le sens de la propagande poutiniste, à quelques exceptions près. Or, il n’est pas possible d’empêcher éternellement ceux qui ne sont pas d’accord de s’exprimer, à moins de se crédibiliser.

    Bonne lecture à tous et à toutes.

    LES HABITANTS DE LA ZONE DE KRAMATORSK SONT ÉVACUÉS SOUS LES EXPLOSIONS D’OBUS (PHOTOS)

    00a2a38

    La Police sauve des habitants de Sviatogorsk et de Raïgorodok dans des transports blindés.

    L’évacuation se passe dans des conditions difficiles parce que la ligne de front change de minute en minute, et que les Russes la tiennent sous le feu, communique le site de la Police Nationale.

    Les policiers ont réussi à faire partir près de 150 personnes parmi lesquelles se trouvaient des adultes et des enfants blessés. Le papa d’un petit enfant de trois ans a été tué sous ses yeux, et des éclats sont restés dans son corps à lui.

    Les policiers ont emmené 11 habitants du village de Stoudenok.La moitié de ceux qui ont été sauvés sont des enfants. L’un des petits garçons nécessitait une aide médicale, il a été blessé au ventre et à la jambe.

    0a2ll36

    « Hier, on a tué mon mari et blessé mon enfant », raconte une femme. Quand les bombardements ont commencé, nous nous sommes précipités dans la cave, mais juste devant nous, un missile a frappé. »

    Les voisins ont essayé d’éteindre notre maison en flammes, mais l’ennemi, par ses tirs incessants, ne nous en n’a pas donné la possibilité. A Sviatogorsk même, il reste 800 habitants.

    La Police a encore évacué 40 personnes de Raïgorodok qui se trouve également sous le feu ennemi. Les citoyens ont été rassemblés à partir d’un endroit convenu. Les forces spéciales et les collaborateurs de la police locale ont aidé à emmener des gens sans leur faire prendre de risques en les orientant sur le terrain. Des logements provisoires, du ravitaillement et une aide médicale ont été organisés pour les personnes évacuées.

    0a2j37

    0a2g34

    A ceux qui sont restés, les policiers ont distribué du pain, des produits alimentaires, de la nourriture pour enfants et des couches-culottes. Les forces de l’ordre ont fait le tour des rues et ont constitué une liste des besoins des gens. « Nous nous efforcerons de vous procurer tout cela dans les plus brefs délais », est-il dit dans le communiqué.

    Auteur : l’Administrateur

    Le 27/05/2022

    Tehnopolis.com.ua, seul journal indépendant du Donbass

    Avant propos :

    J’ai reçu un commentaire me faisant la remarque que le site Donbass Insider donnait des informations « plus fournies » que les articles que je sélectionne. Les articles de Christelle Néant sont de la propagande russe, alors que je me contente d’énoncer des faits.

    Je me suis inscrit à Agoravox, parce que le principe d’un site de « journalisme citoyen » me convient. Cela implique en particulier que : « …quiconque peut devenir rédacteur d’AgoraVox indépendamment de ses orientations politiques, économiques, religieuses, culturelles ou sociales ».

    Or, le site Donbass Insider rappelle beaucoup la propagande officielle russe, que je lis régulièrement sur les sites russes. Je retrouve exactement les mêmes termes et les mêmes arguments, mais ici, nous sommes en France. Je me suis aperçu que le site Novaya Gazeta, (celui où travaillait Anna Politkovskaïa), avait été obligé de cesser momentanément ses activités, du moins en Russie. Il était le dernier journal indépendant là-bas. L’information russe, en cette période de chape de plomb, ne peut plus être complètement fiable. C’est donc dans un souci de pluralité de points de vue que j’ai sélectionné des articles tirés de tehnopolis.com.ua, seul site politiquement indépendant du Donbass. Il serait bon que ceux-ci fussent également publiés pour rétablir l’équilibre, Démocratie oblige. De surcroît l’extrême gravité de l’actualité mérite que l’on traite prioritairement ce sujet. Il y a des gens qui souffrent, qui meurent, tous les jours, et il devient lassant de s’entendre toujours demander de changer de sujet par des gens que cela dérange. Qu’ils se mettent la tête dans le sable si cela leur convient, mais qu’ils ne nous interdisent pas de regarder la vérité en face ! D’une part, il est impossible de parler de tout à la fois, d’autre part, les crimes des uns n’ont jamais excusé ceux des autres. Quant à moi, j’estime de mon devoir de citoyen démocrate et libre de faire respecter la pluralité d’opinions. En conséquence, je me permets d’insister autant qu’il le faudra pour faire entendre une autre voix.

    Devant le torrent d’injures que je lis de la part d’internautes au mépris de la Charte, et j’en ai pourtant signalé, je ne comprends pas que ceux qui comme moi condamne l’agression russe en Ukraine en ayant des informations objectives à apporter soient censurés. Désormais, je fais passer mes articles dans les commentaires s’ils ne passent pas la modération : « Nous pensons d’une part que tout citoyen doit pouvoir s’exprimer indépendamment de ses orientations politiques, économiques, religieuses, culturelles ou sociales. D’autre part, le site AgoraVox va se développer, et nous souhaitons perfectionner le modèle afin de le reproduire en lançant d’autres sites participatifs. » Est-ce vraiment le cas ?

    « La parole est à ceux qui ont des faits originaux et inédits à relater ou qui veulent mettre en perspective des informations existantes. » Est-ce vraiment le cas ? Je lis surtout des articles qui vont dans le sens de la propagande poutiniste, à quelques exceptions près. Or, il n’est pas possible d’empêcher éternellement ceux qui ne sont pas d’accord de s’exprimer, à moins de se crédibiliser.

    Bonne lecture à tous et à toutes.

    LES HABITANTS DE LA ZONE DE KRAMATORSK SONT ÉVACUÉS SOUS LES EXPLOSIONS D’OBUS (PHOTOS)=>https://tehnopolis.com.ua/index.php?option=com_content&view=article&id=38212:2022-05-27-16-09-41&catid=74:donbass&Itemid=34

    La Police sauve des habitants de Sviatogorsk et de Raïgorodok dans des transports blindés.

    L’évacuation se passe dans des conditions difficiles parce que la ligne de front change de minute en minute, et que les Russes la tiennent sous le feu, communique le site de la Police Nationale.

    Les policiers ont réussi à faire partir près de 150 personnes parmi lesquelles se trouvaient des adultes et des enfants blessés. Le papa d’un petit enfant de trois ans a été tué sous ses yeux, et des éclats sont restés dans son corps à lui.

    Les policiers ont emmené 11 habitants du village de Stoudenok.La moitié de ceux qui ont été sauvés sont des enfants. L’un des petits garçons nécessitait une aide médicale, il a été blessé au ventre et à la jambe.

    « Hier, on a tué mon mari et blessé mon enfant », raconte une femme. Quand les bombardements ont commencé, nous nous sommes précipités dans la cave, mais juste devant nous, un missile a frappé. »

    Les voisins ont essayé d’éteindre notre maison en flammes, mais l’ennemi, par ses tirs incessants, ne nous en n’a pas donné la possibilité. A Sviatogorsk même, il reste 800 habitants.

    La Police a encore évacué 40 personnes de Raïgorodok qui se trouve également sous le feu ennemi. Les citoyens ont été rassemblés à partir d’un endroit convenu. Les forces spéciales et les collaborateurs de la police locale ont aidé à emmener des gens sans leur faire prendre de risques en les orientant sur le terrain. Des logements provisoires, du ravitaillement et une aide médicale ont été organisés pour les personnes évacuées.

    A ceux qui sont restés, les policiers ont distribué du pain, des produits alimentaires, de la nourriture pour enfants et des couches-culottes. Les forces de l’ordre ont fait le tour des rues et ont constitué une liste des besoins des gens. « Nous nous efforcerons de vous procurer tout cela dans les plus brefs délais », est-il dit dans le communiqué.

    Auteur : l’Administrateur

    Le 27/05/2022

    Tehnopolis.com.ua, seul journal indépendant du Donbass

    Pour les commentaires, j’en reçois 5 de sympas sur 6, mais le sixième, qui a le droit de ne pas aimer, après, me dit cela : - Puisque Donbass Insider n’est que propagande russe (en dépit des témoignages fournis), pourquoi cet article serait-il plus crédible ?
    On mélange tout ! D’un côté un site qui a pignon sur rue à la télévision russe où tout est cadenassé, alors que les derniers médias indépendants ont dû jeter l’éponge début mars, et de l’autre, un journal modeste, qui vit de ses lecteurs, et ne bénéficie d’aucun coup de pouce du gouvernement ukrainien (il y a possiblement des micros dans les locaux), ni du gouvernement russe évidemment. Pourquoi l’article tiré de ce site serait plus crédible ? Parce que. Impossible de discuter avec un modérateur anonyme qui a le pouvoir de mettre son veto pour tout ce qui n’est pas propagande poutiniste. Je laisse désormais les lecteurs aller faire un tour sur Agoravox, ils finiront de se faire une idée.
    V.K.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Seulement 30% de l’aide militaire à l’Ukraine est arrivée au front (...)

« Pourquoi l’aide militaire à l’Ukraine n’arrive-t-elle pas toujours sur les lignes de front ? » : ’Seulement 30% de l’aide militaire atteint sa destination finale’, ancien titre de l’article présentant (...)

LIRE LA SUITE

Bella Ciao, juive, tzigane, patriote et altermondialiste

6 août, par Bellaciao 2 coms

De Gaël De Santis L’Huma du 4 Août 2022 - Extrait Des rizières du pô à l’anti-G8 de gênes (...) À l’époque, c’est encore Fischia il vento, « le vent souffle », chanté sur l’air soviétique de Katiouchka, (...)

LIRE LA SUITE

Ukraine. Les tactiques de combats ukrainiennes mettent en danger (...)

Des bases militaires sont installées dans des zones résidentielles, notamment dans des écoles et des hôpitaux Des attaques sont lancées depuis des secteurs habités par des civil·e·s Ces violations ne (...)

LIRE LA SUITE

2 août 1980 Attentat de la gare de Bologne

N’oublions pas !!! Personnellement je n’arrive pas... L’attentat de la gare de Bologne (connu en Italie sous l’appellation de la "strage di Bologna", soit le massacre de Bologne) est « l’une des (...)

LIRE LA SUITE

Amiante : Le dossier qui empoisonne encore et toujours (...)

28 juillet, par Georges H 1 com

Qu’est-ce qui fera encore 100000 morts en France d’ici 2025 ? L’amiante ! Ce chiffre terrifiant ne semble pourtant pas déranger les pouvoirs publics et la justice. Il serait temps de régler une bonne (...)

LIRE LA SUITE

Vente d’Alstom à GE : enquête pour corruption et recel

13 juillet, par Raff 1 com

Pour la présidente de l’association Anticor, Elise Van Beneden, il est important que "les responsables, les personnes physiques comme morales, soient jugés devant la loi française". "L’affaire (...)

LIRE LA SUITE